CeS IMAGES montrent des dizaines d’attaques sur des villes et des villages de la partie nord de la Province Orientale. Il fait aussi état de 1000 personnes blessées par balles et par armes blanches et de 1 400 personnes enlevées, dont certaines ont été exécutées et d’autres disparus.

Le diocèse catholique de Kasongo, à cheval entre la province du Sud-Kivu (territoire de Shabunda) et le Maniema (territoires de Pangi, Kabambare et Kasongo) est totalement enclavé. Cependant sa situation est aggravée des poches d’insécurité résiduelle depuis la guerre du RCD où des affrontements d’une rare violence opposaient les militaires rwandais aux Maï Maï du général Padiri appuyé par le général Kawis.Ils sont des déplacés continuels dans une situation de guerre qui n’en finit pas avec des maisons brûlées et des écoles détruites telle l’école primaire Lwanga na Kaoze. Les chrétiens du diocèse catholique de Kasongo n’ont pas fini leur chemin de la croix.  Tel est aussi le cas de l’E.P. Nzovu attaquée le 18 octobre 2009. L’insécurité ravage l’étendue de deux paroisses considérées comme champ d’expérimentation des  militaires rwandais du CNDP. Les militaires Du CNDP et les FDLR n’hésitent pas à faire transporter des corvées, butins de guerre même aux personnes qui sont en plein culte ou en plein cours dans des écoles. Enseignants et agents pastoraux sont leur cible privilégiée. Malheureusement, parmi les gens réquisitionnés de force, tous parmi les transporteurs ne retournent pas. Papa Mayango Bubala, agent pastoral doublé d’enseignant à l’E.P. Mzovu I, amené de force par les FARDC avec 70 kgs sur la tête avait été abandonné mort sur la route. Mgr Melchisédech Paluku Sikuli, évêque du diocèse de Butembo – Beni et nommé Administrateur apostolique du diocèse de Kasongo dénonce l’attitude méchante des hommes en uniformes et en arme qui font porter même aux femmes enceintes des poids sur de longs parcours de 3 à 4 jours. Sans pitié. Certains déplacés sont accueillis dans des familles et il arrive qu’une famille puisse accueillir 10 familles de déplacés. Le diocèse catholique de Kasongo, à cheval entre la province du Sud-Kivu (territoire de Shabunda) et le Maniema (territoires de Pangi, Kabambare et Kasongo) est totalement enclavé. Cependant sa situation est aggravée des poches d’insécurité résiduelle depuis la guerre du RCD où des affrontements d’une rare violence opposaient les militaires rwandais aux Maï Maï du général Padiri appuyé par le général Kawis. A ce jour, rapporte Mgr Melchisédech Sikuli, c’est dans la partie nord (paroisse de Lulingu), ancienne carrière des mines, qu’on signale la présence des prêtres depuis 2007. Ils s’occupent aussi d’une autre paroisse après Walungu. Par contre, au-delà de Kingilabe, c’est le no man land avec une présence signalée massive et nocive  des militaires du CNDP. Le diocèse catholique de Kasongo, couvrant une étendue de 75.365 km², ne compte que près de 280 mille chrétiens pour une population évaluée à plus d’un million d’habitants. Les autres étant des musulmans et des pentecôtistes. Pour rappel, c’est à Kasongo que le chef Ngongo Lutete a été converti à l’Islam. Cette partie du territoire est délaissée car considérée comme ne faisant pas partie de la province du Maniema. Beni- Les Coulisses n°211 Beni-Lubero Online