<br /><br /><br /><br /><br /><br />
<div class="shashinFancyboxCaption"><br /><br /><br /><br /><br /><br />
<div class="shashinFancyboxCaptionClose"><a href="javascript:;" onclick="jQuery.fancybox.close();"><img src="http://radiookapi.net/wp-content/plugins/shashin/Public/Display/fancybox/closelabel.gif"></a></div><br /><br /><br /><br /><br /><br />
<div class="shashinLinkToOriginalPhoto"><a href="https://picasaweb.google.com/111501253071545726185/PersonnalitesPolitiques#5681633593293021778">Voir dans Picasa</a></div><br /><br /><br /><br /><br /><br />
<strong>Classements des bulletins et des urnes par des agents électoraux  le 2/12/2011 au centre de compilation à l’enceinte de la foire internationale de Kinshasa, des élections de 2011 en RDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo</strong><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Image 1 of 1</div>

Photo Classements des bulletins et des urnes par des agents électoraux  au centre de compilation à l’enceinte de la foire internationale de Kinshasa, des élections de 2011 en RDC. Radio Okapi/ Ph. John, 02.12.2011

L’autocensure et le fiasco généralisé qui caractérisent le régime en place en RDC dans la gestion de la chose publique depuis 2001 doivent nécessairement et logiquement interdire chaque citoyen congolais de s’engager encore une fois dans l’aventure tragique et ridicule d’une 3 ème mascarade électorale vicieuse et anticonstitutionnelle sous ce régime sans foi ni loi. Bild in Originalgröße anzeigen

Photo: Des tats de bulletins de vote jetés par terre sous la pluie devant le centre de compilation à Kinshasa en decembre 2011.

Les masses populaires congolaises clairvoyantes exigent une seule chose dans l’immédiat: la fin de ce régime, le départ de  » joseph Kabila » et sa suite. Elles se sont mûrement exprimées à ce sujet aux quatre coins du pays du 19 au 23 janvier 2015 par des révoltes populaires qui ont surpris le monde entier, et ont particulièrement secoué leur bourreau immédiat : le régime en place qui gouverne par défi, qui opprime et asphyxie excessivement la population dans ses droits les plus fondamentaux depuis 2001, en violant systématiquement la constitution du pays.

Dans ce contexte précis, non seulement la nouvelle loi scélérate dite « loi électorale » malicieusement amandée par le Senat (hors mandat) au mois de février 2015 est nulle et non avenue car elle est anticonstitutionnelle, non seulement le fameux calendrier électoral vicieux est rejeté par le peuple, mais aussi, il y a le manque réel de volonté manifeste et l’aveu d’irresponsabilité criante qui se traduit dans le chef de ce gouvernement qui clame  le « déficit financier » (pour ne pas organiser les élections dans les délais constitutionnels), qui sont les dernières gouttes qui débordent le vase de mécontentements des masses populaires en RDC.
Ces graves manquements doivent inciter tout le monde, en particulier les forces du changement au pays et dans la Diaspora congolaise à mettre en exécution l’ exigence prioritaire des masses populaires clairvoyantes: la fin de ce régime par le départ de « Kabila » et de sa suite.

En effet, au travers de toutes les manoeuvres dilatoires citées plus haut,  en particulier cet aveux d’irresponsabilité (manque d’argent pour organiser les élections) confirment la demission de cegouvernement et soutiennent en même temps la volonté populaire d’en finir avec ce régime criminel qui s’est auto censuré. Ce gouvernement a démissionné de ses responsabilités usurpées par la force et par les fraudes massives de précédentes mascarades électorales de 2006 et de 2011. Ainsi, Les Forces Vives du Changement au pays et dans la Diaspora Congolaise devraient, en ce moment crucial de notre histoire et de notre avenir commun, prendre acte de cet aveu d’irresponsabilité et de démission pour imposer la volonté populaire.

LE MANQUE D’ ARGENT EST UN PRETEXTE INSULTANT ET INADMISSIBLE!
L’opposition qui se bat sur le terrain, si elle est réellement du côté du peuple souverain primaire, doit être plus responsable et, aussi  exigeante que le peuple congolais, voire plus  critique que les experts membres du groupe Africa Progress Panel, qui dans leur rapport 2013, publié par Jeune Afrique le vendredi 10 Mai 2013 sous le titre révélateur: « Mines congolaises : Ces 1,36 milliard perdus par le pays », condamnent et rendent le gouvernement actuel en RDC responsable de l’ampleur sans mesure des crimes financiers; que des milliards de dollars américains perdus par le pays chaque année au grand dam du peuple congolais qui saigne à flots et contraint de vivre dans une misère atroce planifiée et entretenue par cegouvernement au travers de cette prédation outre-mesure qui n’existe nulle part ailleurs sous le ciel. http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/17044-mines-congolaises-ces-1-36-milliard-perdus-par-le-pays.html

LA DEMANDE D’ UN FINANCEMENT EXTÉRIEUR POUR LA MASCARADE ÉLECTORALE EST UN VÉRITABLE PARADOXE. OÙ VA L’ ARGENT DU PEUPLE CONGOLAIS?

CETTE QUESTION MÉRITE D’ÊTRE POSÉE CLAIREMENT ET ELLE MÉRITE UNE RÉPONSE.

Chacun d’entre nous doit être plus exigeant et encore plus déterminé à en finir avec ce régime de prédation infernale. Nous devons déclarer d’une seule voix et encore plus fort que Michel Camdessus, qui a poussé un cri d’alarme en faveur de la transparence et de la lutte contre l’évasion fiscale en RDC par « Kabila » et les membres de sa famille, avec leurs associés au sein du gouvernement en RDC: « Toutes ces ressources détournées, c’est un crime », a-t-il déclaré devant la presse en Mai 2013, repris par Jeune Afrique dans son édition publiée le vendredi 10 Mai 2013. (Lire l’article du vendredi 10 Mai 2013 sur Jeuneafrique.com : Michel Camdessus : « Toutes ces ressources détournées, c’est un crime. ») http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/17032-michel-camdessus-toutes-ces-ressources-detournees-c-est-un-crime.html#ixzz2TC3h1G94

Par ailleurs, la réaction des membres du gouvernement britannique ont mis le doigt sur la plaie et ont dénoncé les crimes économiques en RDC, au moment où, curieusement, l’ opposition en RDC et ses parlementaires demeurent quasi muets et discutent autour d`un électoral calendrier inconstitutionnel  « consensuel » avec un régime mercenaire sans foi ni loi !
Il importe de rappeler qu’au mois de mars 2013, la députée britannique Pauline Latham avait adressé une correspondante très bouleversante à sa collègue ministre britannique Honorable Justine Greening (MP) sur des crimes économiques et financiers en RDC orchestré par  » joseph Kabila » et les membres de sa famille. Ses révélations rendues publiques sur le site du gouvernement britannique sont éffayantes: «Les recherches menées par des groupes tels que Global Witness, font une estimation approximative de 5,5 milliards de dollars d’actifs miniers et d’autres revenus fiscaux perdus par le peuple de la RDC en faveur des comptes privés des caciques du régime illégitime en place, cachés dans les îles Vierges britanniques, Gibraltar ou des sociétés fictives enregistrées depuis la révision des contrats miniers de 2007.» Ces détournements révélés par Global Witness ont scandalisé les élues britanniques au point que Mme Latham exigea que son collègue adopte «une position beaucoup plus ferme à l’égard du gouvernement de la RDC» en précisant que: «Basé sur une contribution annuelle de 147,000, 000 UK £ des contribuables britanniques à des projets en RDC, cette énorme perte de ressources financières du peuple congolais est équivalente à plus de 24 années de cotisations des contribuables britanniques vers la RDC! » 

Avant Mme Latham, son collègue le député britannique Eric Joyce (MP) déclarait dans un communiqué de presse publié par son bureau le 18 Novembre 2011 que: « (…) les documents qui lui avaient été transmis confirment pour la première fois que des membres du gouvernement de la RDC, en particulier le président actuel, Joseph Kabila, ont vendu d’importants biens publiques et miniers à des prix dérisoires à diverses sociétés fictives étrangères. » Et Eric Joyce de continuer : « ces documents prouvent que les ressources du Congo ne sont pas exploitées comme des sources de revenus légitimes pour le peuple congolais. Des séries d’arrangements complexes entre le gouvernement du Congo et des sociétés fictives font en sorte qu’un petit nombre de personnes s’enrichissent moyennant des pertes énormes pour le reste de la population. » Honorable Joyce de conclure : «Le gouvernement du Royaume-Uni apportera une aide de 700 M£*  au cours des quatre prochaines années au Congo qui pourtant n`en manque pas. Nous traversons une période d’austérité et nous devons donc être certains que ces fonds sont dépensés à bon escient. Ces documents montrent que l’argent des contribuables du Royaume-Uni est dépensé sans retenue dans un pays où le peuple est privé de ses propres milliards pouvant être tirés de redevances dans plusieurs secteurs des finances publiques et de la vente de biens miniers. » Fin de citations.
En Août et Septembre 2014 le journaliste d’investigation R. Miniter, dans un article paru dans le magazine Forbes, compare le régime de “ Kabila” à celui de Mobutu en concluant que celui que l`on appelle: “ Joseph Kabila et sa famille ont volé plus fort que Mobutu dont la fortune a été estimée à 5 malheureux milliards (!) après plus de 32 ans de règne, tandis que “Joseph Kabila” en a détourné au moins 15 milliards en 13 ans de pouvoir!”

http://www.huffingtonpost.fr/hakim-arif/joseph-kabila-un-dictateur-qui-vaut-15-milliards-de-dollars_b_5751034.html

Le professeur suisse Jean Ziegler dévoile à son tour un autre secret de polichinelle que la plupart d`entre nous connaît : “ Jaynet Kabila a caché 3 tonnes d`or de la Banque Centrale du Congo (BCC) à Dubaï. Son frère « Joseph Kabila » lui-même garde plusieurs milliers des millions des dollars américains dans des comptes privés en Belgique, au Luxembourg, en Irlande et à Singapour.”
L’opposition congolaise est-elle vraiment au courant de ces informations alarmantes ? Si oui, sa réaction face aux manœuvres dilatoires de « kabila » et de son gouvernement de torpiller le processus démocratique et les droits des Congolais doit être plus rigoureuse et doit également refléter sans ambages la volonté populaire : faire partir ce gouvernement maintenant par la désobéissance civile tenace.

Le gouvernement illégitime a reconnu ses limites et a démissionné de ses responsabilités usurpées par la violence et la terreur. Il doit, par conséquent, être tenu responsable et contraint à la démission de facto.

Aucun pays ne va aux élections avec des institutions caduques masivement infiltrées par des mercenaires étrangers. Aucun peuple au monde ne peut accepter ni endurer si longtemps une telle irresponsabilité criminalisée d’un gouvernement mercenaire fusse-t-il imposé de l’extérieur. Aucun pays au monde ne va aux élections sans avoir réuni le minimum de préalables. Aucun peuple ne peut accepter l’inacceptable qui le conduit, tour à tour, droit à un suicide collectif.

Quand la nation est mise en péril par ses gouvernants, le peuple doit agir. La démocratie que l’on miroite au peuple congolais ne doit en aucun cas être sujet à une série de mascarades électorales qui enfoncent le pays et le peuple dans un creux sans fond. Il faut désormais briser ce cercle vicieux dès maintenant et réunir nos efforts pour faire respecter la volonté populaire, confomément à la loi fondamentale des droits des peuples; les Forces vives du changement doivent prendre leurs responsabilités en mains pour soutenir et faire aboutir adéquatement la volonté du peuple. Elles doivent constituer une alternative par le changement adéquat de la classe dirigeante, c’ est-à-dire le renouvellement de la classe politique congolaise tant exigé par les Congolais en cette période très cruciale.

La démocratie en ce moment consiste à agir efficacement, conformément aux exigences du peuple congolais qui a besoin d’ un nouveau leadership qui doit prendre en compte l’ urgence interne pour constituer un gouvernement du salut national, et qui devra ensuite reconstruire les vraies structures de l’ état congolais pour envisager les élections dans des conditions requises.

C’ estdans cette voie que d’ autres pays démocratiques  tels que les USA et autres pays dits partenaires traditionnels de la RDC devraient souscrire. Respecter les aspirations profondes  du peuple congolais est la seule véritable vertu démocratique en ce temps crucial. Une 3ème mascarade électorale n’a pas lieu d’être dans les conditions actuelles en RDC. C’est inadmissible, car le peuple n’en veut pas !

Par Jeanne-Marie Sindani

Union des Patriotes de la Diaspora Congolaise (UPDC)