CONFERENCE A HAIMHAUSEN: HOMMAGE AUX FEMMES CONGOLAISES (mit deutscher Version)

L’Union des femmes de CSU a invité Mme Jeanne-Marie Sindani, actuellement vice-presidente de l’Union de Femme de CSU-Fuerstenfeldbruck, pour animer une conférence de sensibilisation et d’information sur la situation tragique des femmes congolaises. Cette conférence qui a connu une forte participation des femmes Allemandes et des responsables provinciales a eu lieu a Haimhausen dans la province de Bavière, le jeudi 18.octobre 2012.

Mme Jeanne-Marie Sindani vice-presidente de FU-Fuerstenfeldbruck avec les responsables de l’ùnion des femmes de CSU-Dachau, Baviere, Allemagne, 18.10.2012

La Presse locale etait presente, et le public a eu droit à une série d’information de première main qui en grande partie est ignoree du public allemand, notamment des organisations féminines. Cette campagne de sensibilisation est un travail de longue haleine, elle nécessite de la persévérance et beaucoup de courage pour briser le silence de la communauté des états du monde, notament des puissances internationales sur leur soutien au régime rwandais et ses crimes indescriptibles en RDC, et la désinformation des médias dominants, qui sèment la confusion et la diversion sur le drame congolais. Un élant de solidarité  est entrain de prendre corps au sein de certaines organisations locales en faveur de la justice et de la fin de la violence à l’endroit des femmes congolaises pour mettre fin à l’impunité et a cette guerre d’invasion infernale en RDCongo entretenue par un régime d’occupation meurtrière qui fait massacrer les Congolais et veut gouverner par défi. Notre lutte noble pour la vie et la justice du peuple congolais continue, elle doit continuer jusqu’à la victoire de notre peuple meurtri.

NOUS EXIGEONS LA JUSTICE POUR  LES FEMMES CONGOLAISES ET POUR TOUT LE PEUPLE CONGOLAIS MEURTRI

Femme Congolaise: Une des millions des victimes de la barbarie des troupes rwandaises a l’est du pays dans la province du Kivu

Depuis deux décennies, le peuple congolais est assailli  et meurtri par des invasions successives venant du Rwanda. Les femmes congolaises de tous les âges sont les cibles privilégiées de troupes rwandaises dans cette guerre d’extermination des Congolais surtout à l’est du pays. La RDC déplore chaque fois des crimes des masses, d’actes de génocides, des destructions des familles et des pillages systématiques des ressources du pays. Par ailleurs, ces invasions mettent en péril l’avenir de toute une nation. On a enregistré des violations massives des droits de l’homme, des millions des femmes, de petites filles violées et plus de 8.000.000 des Congolais ont perdu la vie laissant derrière eux des milliers de veuves et d’orphelins. Ces crimes horribles que commet le régime de Paul Kagame en complicité flagrante avec le gouvernement d’occupation imposé à Kinshasa sous l’emprise des mercenaires rwandais responsables des crimes contre l’humanité, dirigé par celui que l’on appelle faussement «Joseph kabila»,  ne peuvent pas rester impunis.

Congolais blesse par balles lors des massacres par les milices rwandaises en RDC

Ces crimes continuent aujourd’hui à se perpétrer en toute impunité en présence de la MONUCO suite à l’invasion actuelle confirmée par le rapport du Panel des Experts des Nations Unies rendu public en juin 2012 (n° S/2012,2/348 et son addendum) qui confirme clairement que le Rwanda a créé de toutes pièces le Mouvement CNDP-M23 ; le Rwanda fournit les armes, facilite et assure la logistique de ses troupes mercenaires du CNDP- M23 à partir de son territoire; le gouvernement de Paul Kagame du Rwanda recrute les enfants et les réfugiés et recycle les ex-combattants du FDLR rapatriés au Rwanda pour Ie compte de ses milices du CNDP- M23.
En outre, le Rwanda s’ingère cruellement dans les affaires internes de la RD Congo dont « tous les membres du gouvernement sont inféodés au régime de Paul Kagamé, en commençant par le sommet de l’état congolais » selon les propos du président rwandais lui-même.   L’armée Rwandaise (RDF) intervient régulièrement et directement, en violation massive et systématique du droit international, sur Ie territoire congolais pour renforcer ses milices dont Ie CNDP-M23 qui massacrent des millions des Congolais en toute impunité. Le régime de Paul kagame collabore avec les FDLR qu’il utilise pourtant comme faux prétexte pour envahir la RDC et piller ses ressources. Malgré les sanctions annoncées, certaines puissances occidentales  se sont fortement discréditées pendant plusieurs années en soutenant le régime actuel au Rwanda dans l’invasion de la RDC et dans sa violation massive du droit international. Le Rwanda est devenu un refuge des criminels de guerre qui ont commis de graves  violations des droits de l’Homme  et autres actes de génocide en RDC et qui sont recherchés par la Cour Pénale Internationale (CPI).
Cette invasion injuste et injustifiable mine les efforts de reconstruction de la Nation Congolaise. Elle s’accompagne d’une criminalité transfrontalière sans précédent avec des millions des  victimes et d’un pillage systématique des ressources naturelles de la République Démocratique du Congo par le Rwanda et l’Ouganda.

Mme Jeanne-Marie Sindani avec ses collegues de l’Union des femmes de CSU et des responsables de CSU-Dachau lors de la conference  de sensibilisation sur la violence et l’impunite en RDC, Haimhausen, Baviere, 18.10.2012

Au vu de la flagrance de cette violation de l’intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo, le Peuple Congolais exige l’arrestation et les poursuites judiciaires de tous les criminels de guerre du gouvernement rwandais cités nommément dans les différents rapports des Nations Unies ; L’arrestation et les poursuites judiciaires des auteurs de tous les crimes de guerre perpétrés en République Démocratique du Congo et de tous les criminels actuellement au pouvoir qui circulent librement entre la RD Congo et les pays voisins à l’est et qui entretiennent cette guerre, la plus monstrueuse depuis la seconde guerre mondiale. Mettre fin au gouvernement d’occupation demeure la priorité absolue pour mettre fin à cette tragédie nationale qui perdure depuis deux décennies.

Bouquet des fleurs en Hommage aux femmes Congolaises, Allemagne, 18.10.2012

 

InfoDiaspoaRDC

Eine Veranstaltung zu Ehre der Kongolesischen Frauen: Jeanne-Marie Sindani und der Kampf  um die Gerechtigkeit im Kongo

Die Frauen-Union der CSU Haimhausen hatte  Jeanne-Marie Sindani, stellvertretende Vorsitzende der Frauen-Union Fuerstenfeldbruck zum einstündigen Vortrag unter dem Titel « Afrika und seine Frauen » geladen, und der  Vortragsraum in dem Gasthof Zur Post war gut gefüllt. Zunächst sprach Sindani von Afrika als einer männlich bestimmten Gesellschaft, die auf klassischen Vorurteilen beruht. Doch gerade aus dieser angeblichen Benachteiligung ziehen die Frauen in Afrika großen Stolz: « Das ist eine Gabe Gottes. Und wir sind Göttinnen, weil wir den Mann gebären. » Schließlich sei der Mann deshalb benachteiligt. Diese Aussage stieß auf große Zustimmung im rein weiblichen Publikum.

Mme Jeanne-Marie Sindani lors de la Conference sur la situation des femmes en RDC, Haimhausen, Baviere, 18.10.2012

Von stillen Heldinnen zu Nobelpreisträgerinnen » lautete der Untertitel des Vortrags. Sindani zählte eine Reihe von Frauen, unter denen afrikanische Koeniginnen in der afrikanischen Geschichte auf, die zu diesen Heldinnen gehören. Zum Beispiel maechtiger Geschaeftsfrauen, nannte  sie Tinibu aus Nigeria, die im 19. Jahrhundert ein Beinahe-Monopol auf Palmöl hatte und durch ihren internationalen Handel den damaligen Sklavenhandel zumindest bremsen konnte. Denn die in England ankommenden Schiffe hatten keine afrikanischen Sklaven mehr an Bord, « das Schiff war voll mit Export-Artikeln », wie Sindani grinsend erzählte.

Auch im modernen Afrika komme die Gleichstellung der Frau voran. Wie die Politologin Sindani erzählte, sind Frauen in allen Berufen vertreten, arbeiten als Ärztin, Richterin oder Polizistin und gründen gleichzeitig Familien. Die politische Vertretung der Frauen habe sich verbessert; so sei in der Afrikanischen Union, dem dortigen Pendant zur EU, eine Frauenquote von 50 Prozent durchgesetzt worden. Der Nobelpreis für Ellen Johnson markiert in dieser Entwicklung den Höhepunkt. « Ich war sehr stolz », sagte Sindani dazu.

Photo: permanente Gewalt gegen das Kongovolk

Massacres de la population Congolaise par le regime dòccupation impose par la force en RDC

Tatsächlich ist Jeanne-Marie Sindani selbst eine emanzipierte, afrikanische Frau. Sie ist  im Kongo geboren und wuchs unter der Diktatur von Mobutu auf. 1988 zog Sindani wegen ihres Studiums nachDeutschland , ihren Abschluss machte sie  in Kanada. Danach kehrte sie nach Deutschland zurück und arbeitet heute in Fürstenfeldbruck als Leiterin der internationalen kongolesischen Organisation. Trotz der Fortschritte in Afrika würden Frauen dort nach wie vor im Alltag diskriminiert, wie Sindani abschließend im Vortrag anmerkte.

Une des millions des femmes Congolaises, victime des soldats rwandais a lèst de la RDCongo

Über die grausame Gewalt gegen Kongolesische Frauen berichtet Jeanne-Marie Sindani  sehr oft in der Oeffentlichkeit. Sindani will die internationale Gemeinschaft auf das Leiden der kongolesischen Frauen aufmerksam machen und kaempft um eine Loesung zur Ueberwindung der Straflosigkeit  im Kongo.  Dies war der Fall, u.a.  am 24. November 2011, damals referierte  Sindani im Landratsamt Dachau anlässlich des « Internationalen Tages gegen Gewalt an Frauen »   sowie im Mai 2012 Anlass der Einladung des Lions Club Dachau über die tragischen  Zustände und den Alltag der Frauen in ihrer Heimat Kongo.

Mme JM Sindani a la conference sur la tragedie des femmes congolaises, Allemagne, 18.10.2012

Bouquet des fleurs en Hommage aux femmes Congolaises, Symbole de l’Héroisme féminin