Message de Mme Jeanne-Marie Sindani aux femmes Congolaises

Des femmes travailleuses de la RDC défilent ce 01/04/2011 à Kinshasa devant la tribune des officiels, lors de la célébration de la journée internationale de travail. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L’Union des Patriotes de la Diaspora Congolaise (UPDC e.V.) se joint, cette année encore, aux nombreuses organisations qui célèbrent annuellement la Journée internationale des femmes et contribuer aux échanges sur les grands enjeux en matière de la securité  des Congolais, en particulier celle de la femme congolaise. 

Chères Mamans Congolaises,

Avant toute chose, je vous prierai d’observer une minute de silence en mémoire des filles et des femmes du monde entier et, plus spécialement, celles de notre pays, la République démocratique du Congo, qui sont victimes et cibles de toute forme de violence, traumatisées et parfois enterrées vivantes… Disons-leur au fond de nos cœurs, que nous leur accordons une pensée très particulière en leur rendant un hommage digne et mérité.  Nous émettons les voeux de paix, de dignité et desécurité pourtoutes les femmes dans notre pays. Et que cette Paix profonde  se reflète dans chacun de nous et inonde notre pays, le Congo RDC.

Vous vous êtes sans doute mobilisées dans les différentes provinces de notre pays pour non seulement célébrer la grande journée mondiale dédiée á la femme, mais aussi saisir cette occasion pour dénoncer l’absence de la Paix dans notre pays, et surtout pour interpeller l’opinion publique de trouver les voies et moyens pour une paix véritable et durable dans un environnement sain et sécuritaire pour les femmes et les filles Congolaises. Nos pensées vont aussi à toutes les jeunes filles congolaises martyrs qui ont versé de leur sang lors des 3 glorieuses du 19 au 21 janvier 2015 à travers notre pays.

Comme leurs consœurs des autres pays, les filles et les femmes de la République démocratique du Congo aspirent à cette paix et la croit encore possible.

Depuis les premières revendications féminines datant du terrible incendie de 1 857 à New York City aux USA, où de nombreuses femmes avaient perdu la vie,  en passant par toutes les requêtes et doléances féminines, forces combattantes pour la liberté et la sécurité pour tous, un long chemin a été parcouru, chemin qui a abouti á la reconnaissance et á la revalorisation progressive des droits de la femme dans le monde. Face à la détermination de toutes celles qui nous ont précédées, les droits de la femme ont enfin été reconnus au même titre que ceux de l’homme. Ainsi le 8 mars 1977 a été proclamée et célébrée pour la première fois comme  journée internationale de la femme.

Cependant, si aujourd’hui cette journée est célébrée avec faste et soulagement partout ailleurs dans le monde, elle n’a pas le même éclat dans notre pays, la République Démocratique du Congo. Car le drame que subissent les femmes congolaises est plus que douloureux et humainement insupportable.

Chères Mamans et filles du Congo,

Je vous prie d’accepter, par notre modeste voix, les chaleureuses salutations des filles et des femmes du Congo qui vivent á l’étranger et luttent pour le respect de notre droit á la vie. Elles espèrent que l’ÉCHO du message que véhiculent nos nombreuses interpellations et actions, vos cris d’angoisse depuis plus de deux décennies auront une résonance internationale pour mettre fin á la barbarie, aux violences sexuelles et á l’impunité en Rép. Dém. Du Congo.

Par ailleurs, nos enfants ont leurs yeux fixés sur nous et leurs oreilles guettent avec espoir le moindre geste de détermination provenant des nos idées et de nos actions pour exiger et obtenir ce droit fondamental pour notre existence en tant qu’Humanité, génératrice de la vie. Car cette journée n’est pas une simple célébration « dansante » pour nous, mais une journée mémorable, en hommages á toutes les mamans et filles congolaises victimes des guerres d’invasion et d’occupation, causant plus de 8 millions des victimes et une souffrance sans mesure.

Le 8 mars : quelle signification à cette date en Rép. Dém. du Congo ?
Le 8 mars est une date importante du calendrier féminin. À l’occasion de cette journée, propice à la réflexion et à la recherche de solutions visant à améliorer les conditions de vie des femmes congolaises, l’UPDC se joint à d`autres organisations congolaises pour rendre un grand hommage à la femme congolaise, et à souligner le rôle indispensable de la femme dans la socièté congolaise depuis nos ancêtres, non seulement le long chemin parcouru par les mamans dans notre pays, mais également à rappeler qu’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre le respect du droit à la justice et à  la sécurité pour la femme congolaise; le droit à la vie et a l’égalité devant la Loi entre les femmes et les hommes. La situation de la femme congolaise est la plus tragique au monde. 

Sensibiliser la jeunesse
Force est également de constater que sous le régime actuel finissant, la situation tragique que vit la femme congolaise est délibérément entretenue, et par conséquant ne suscite que très peu d’intérêt dans l’opinion publique, notamment chez les services de sécurité et juridiques. Par ailleurs, il existe une forte perception à l’effet que rien de substantiel n’est entrepris, ni à court ni à moyen ou à long termes pour améliorer la situation des femmes, surtout à l’est du pays.

Comment amener les jeunes générations à s’identifier aux luttes historiques du mouvement des femmes et à exprimer des revendications ancrées dans le contexte social d’aujourd’hui? Telles sont les questions essentielles qu’il faut absolument se poser pour préparer un avenir meilleur aux futures générations. Il n’y a ni justice ni sécurité sous un régime d’occupation meurtrière. Pour y parvenir, la lutte de libération du pays est le seul but immédiat et ultime à atteindre pour sauver la vie des femmes et de la nation congolaise toute entière.                                                                                              Cette année, l’UPDC souhaite profiter de l’attention suscitée par la Journée internationale des femmes pour informer et sensibiliser le public et les décideurs aux enjeux de la sécurité pour tous.

Malgré tout, à l’occasion de la célébration de cette journée mondiale des femmes, l’UPDC présente ses vœux les meilleurs à toutes les femmes, particulièrement aux femmes congolaises tant au pays que dans la Diaspora, pour leur courage et leur héroïsme dans la lutte pour la justice et la dignité congolaise.

Que le Très Haut Nzambi Mpungu/Nzakomba/Mungu Baba/ Mwidi Mukulu Maweja bénisse la femme congolaise et protège notre pays, le Congo RDC

Jeanne-Marie Sindani

Fait en Allemagne, le 08.Mars 2015