Trois cent vingt personnes sont mortes entre janvier et juillet de suite de l’épidémie de la rougeole dans l’ex-province du Katanga. Selon le rapport hebdomadaire du Bureau de coordination des affaires humanitaires parvenu samedi 15 août à Radio Okapi, plus de vingt mille cas ont aussi été recensés pendant cette période.

Sept nouvelles zones de santé sont aussi affectées par la rougeole dans la ville de Lubumbashi.

Le bilan actuel, d’après Ocha, fait état de 21 zones de santé affectées par l’épidémie de la rougeole, sur les 68 que compte la province.

Selon les statistiques de la direction provinciale de la santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), rapporte Ocha, le chiffre actuel est deux fois plus élevé que le nombre des cas enregistrés pour toute l’année 2013.

De 9 380, ce chiffre est passé à 12 000 en 2014, précise Ocha, qui ajoute que des dizaines d’autres pourraient avoir succombés à la maladie, mais ceux-ci ne figurent pas dans les registres officiels.

Pour les spécialistes en santé dans l’ex-Katanga, cette augmentation est due à plusieurs raisons :

  • La faible réponse vaccinale dans les zones de santé touchées
  • L’inaccessibilité de certaines localités du à l’état de dégradation des routes
  • L’insécurité qui pousse des milliers de populations à fuir leurs habitations.
  • La chaine de froid, essentiel pour garantir l’intégrité des vaccins est aussi défectueuse dans certaines zones de santé
  • Le refus par certains parents de faire vaccinés les enfants en raison des croyances religieuses ou culturelles.

A en croire Ocha, le Programme élargi de vaccination (PEV) manque de moyens pour trouver une solution à ce problème d’expansion de la rougeole dans la ville.

Source: Radio Okapi