Kinshasa, le 20/11/2009 Source : La Prospérité

Aucune perte en vie humaine ; 20 blessés ; une partie de l’appareil endommagée. C’est le bilan, du moins jusque-là, du crash d’un avion de la Compagnie Aérienne d’Aviation, CAA, survenu ce jeudi 19 novembre 2009 aux environs de 12 heures TU à Goma et qui transportait 117 passagers parmi lesquels Julien Paluku, le Chef de l’Exécutif Provincial du Nord-Kivu. En attendant les enquêtes des spécialistes, des témoins privilégiés, notamment les rescapés, avouent que le pilote aurait eu des problèmes de freinage, en raison, semble-t-il, des mauvaises conditions climatiques. Et que dire de la réhabilitation de cet aéroport dont les travaux, pourtant entamés par Paluku Julien, ont été suspendus ? Il y a urgence car, tout le monde est en danger de mort.

Le Chef de l’Exécutif Provincial du Nord-Kivu a failli laisser sa peau dans le Crash d’un avion de la Compagnie Africaine d’Aviation, CAA, survenu à Goma ce jeudi 19 novembre 2009 aux environs de 12 heures TU. Cet appareil qui assurait la liaison Kinshasa-Goma, transportait 117 passagers à son bord dont Julien Paluku, le Gouverneur, a connu un accident juste au moment de l’atterrissage. Grâce particulière, l’on n’a déploré aucun mort si ce n’est quelques 20 blessés, victimes du crash, présentement pris en charge par la structure sanitaire du contingent indien de la Mission Onusienne au Congo basé dans la ville volcanique. Qu’est-ce qui a été à la base de ce crash ? En attendant les enquêtes des spécialistes, des témoins privilégiés, notamment les rescapés, avouent que le pilote aurait eu des ennuis de freinage, en raison, semble-t-il, de mauvaises conditions climatiques. Dans sa course effrénée, l’avion aurait fini son parcours à 500 mètres dans la lave volcanique.

Mais non sans dégâts. Bien que l’équipage ait réussi à mettre en marche, de justesse, le système de sauvetage des passagers, l’appareil a été tout de même endommagé. Dans cette ambiance de forte agitation, soutiennent nos confrères de la radio onusienne, le personnel de l’aviation de la Monuc est venu rapidement à la rescousse des passagers en y dépêchant des camions anti-incendies et des ambulances. Un aéroport à reconstruire L’on se souviendra qu’en avril 2008, un avion de ligne de la Compagnie Hewa Bora s’était écrasé au décollage, dans le quartier Birere, faisant 40 morts et une soixantaine de blessés et 13 disparus.

La piste de cet aéroport jadis international, a été détruite par une éruption volcanique qui avait déversé des tonnes des laves sur la piste, la réduisant des quelques kilomètres. Autant imaginer la gymnastique intellectuelle que ne cessent de déployer les pilotes des avions qui fréquentent cet aéroport dont les marges des manœuvres demeurent réduites tant à l’atterrissage au décollage. Ce crash est certes un signal très fort pour Julien Paluku qui avait pourtant débuté les travaux de réfection et qui, pour on ne sait quel motif, sont suspendus sans explication. C’est situation à prendre à bras-le-corps d’autant plus que tout le monde est en danger, de mort.

___________________________________________________________

GOMA : UN AVION RATE SON FREINAGE EN BOUT DE PISTE , QUELQUES BLESSÉS

Source :(Le Monde 19/11/2009) KINSHASA — Une dizaine de passagers ont été légèrement blessés jeudi matin dans l’accident d’un avion de ligne de la RD Congo qui a raté son freinage en bout de piste lors de son atterrissage à Goma (est). L’avion, un MD-80 (Mc Donnel Douglas) de la Compagnie africaine d’aviation (CAA), effectuait la liaison Kinshasa-Goma, distante de 2.200 km, et transportait au moins 120 personnes, équipage compris. L’accident est survenu vers 11H00 juste après l’atterrissage de l’appareil qui a ensuite manqué son freinage en bout de piste « alors qu’il roulait à 20/30 km/h, sous une pluie fine », a déclaré David Blattner, le PDG de la compagnie. Selon lui, le nez de l’avion s’est encastré dans des blocs de lave, toujours présents en bout de piste depuis l’éruption d’un volcan proche de Goma en 2002. « Les passagers ont été évacués par les toboggans et dans la précipitation il y a eu quelques blessés légers », a ajouté M. Blattner, qui n’avait pas connaissance des raisons précise de l’accident. Selon des témoins sur place, une dizaine de personnes ont été légèrement blessés. La piste de l’aéroport de Goma mesure 2.000 m de long. « Il faudrait au moins une longueur de 2.500 m pour les avions de ligne du type MD-80. Nous demandons en vain depuis un certain temps à l’Aviation civile d’interdire l’utilisation de cette piste pour ces avions », a déclaré à l’AFP un pilote d’une compagnie aérienne congolaise. Les accidents d’avion sont fréquents en RDC, et toutes les compagnies aériennes congolaises – une cinquantaine identifiées – figurent sur la liste noire de l’Union européenne, qui leur a interdit son espace aérien. L’accident le plus meurtrier en date a eu lieu le 15 avril 2008. Un DC9 de la compagnie privée congolaise Hewa Bora s’était écrasé près de l’aéroport de Goma, faisant une cinquantaine de morts et plus d’une centaine de blessés.

Quelques images du crash