Il y a de l’électricité en l’air au plateau ce Bateke. Où un Chinois du nom de Wang Kewen a détruit, avec la complicité de certaines autorités, induites elles- mêmes en erreur par des chasseurs des commissions, treize maisons et des arbres fruitiers appartenant à des fermiers congolais disséminés dans six villages situés au plateau de Bateke. Tout le monde crie au scandale.Des familles entières qui avaient investi toutes leurs économies dans ces fermes ne savent plus aujourd’hui à quel saint se vouer. Elles ont adressé un mémorandum poignant à toutes les autorités du pays. Mémorandum que nous reproduisons intégralement ci-dessous. Le site du Plateau de Bateke situé entre Menkao et Mboka Paulo sur lequel M. Wang Kewen se propose à exercer ses activités agricoles appartient à un groupe de 5 fermiers congolais qui l’avaient acquis d’abord auprès des chefs coutumiers Kibonoko et en suite auprès des chefs coutumiers Kingangati, et y sont enregistrés à la commune de Maluku qui perçoit leurs taxes depuis 1994, c’est-à-dire depuis plus de 15 ans. Le groupe de 5 Fermiers exploite donc cette terre depuis plus de 15 ans et a participé, avec succès, à plusieurs programmes agricoles du gouvernement (SENASEM – FAO – PNUD). Cependant un groupe d’autres Congolais a réussi, tout récemment en 2008, à induire en erreur M.. Wang Kewen et son Excellence M. le ministre des Affaires foncières en leur faisant croire que cette terre était libre et qu’elle pouvait être cédée à M. Wang Kewen. Ce qui n’est pas vrai, car cette terre est déjà occupée et exploitée depuis plus de 15 ans. Par ailleurs, l’examen du dossier de M. Wang Kewen disponible au Service des cadastres Nsele/Maluku démontre clairement que : – L’Arrêté et le contrat d’occupation provisoire dont se prévaut M. Wang Kewen sont des documents fantômes qui n’existent pas. – Les autres documents essentiels disponibles dans ce dossier sont, soit de faux documents, soit des documents de complaisance. Il résulte de ce qui précède que, actuellement, M. Wang Kewen ne dispose d’aucun document valable pouvant l’autoriser à exploiter ce terrain qui, du reste, est déjà occupé par les fermiers congolais: il occupe donc ce terrain sans titre ni droit. La présence de M. Wang Kewen sur ce terrain depuis 2008 constitue donc un réel trouble de jouissance au détriment des fermiers congolais qui subissent depuis lors de réels préjudices causés par M. Wang Kewen, et qui méritent réparation. C’est dans ce cadre que se justifie le dossier sous R.C. 14.355 initié contre M. Wang Kewen devant le Tribunal de grande instance de Kinshasa/N’Djili qui appellera la cause à sa deuxième audience fixée au 31 août 2009. Normalement, dans l’esprit du respect des lois nationales en R.D.C., ce M. Wang Kewen et ses complices devraient être punis pour occupation illégale – faux et usage de faux – stellionat – … Toutes ces fautes ont été portées à la connaissance de M. le gouverneur de la ville province de Kinshasa et de M. le bourgmestre de Maluku ainsi qu’à toutes les autres autorités congolaises par des notes particulières. A ce jour, aucune réaction de punition n’a été enregistrée de la part de toutes lès structures nationales contactées. Au contraire, il est curieux, scandaleux et triste de constater que, une autorité nationale, en la personne de M. le Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa, préfère appuyer et protéger Monsieur Wang Kewen qui a triché et dont le dossier est composé de faux documents et/ou des documents de complaisance, au détriment des fermiers congolais honnêtes, porteurs des documents incontestables et incontestés. En effet, en date du 08/04/2009, M. le gouverneur de la ville province de Kinshasa avait pris une mesure unilatérale illégale de faire déguerpir les fermiers congolais dans un délai de 7 jours. Cette décision avait fait l’objet de contestation de la part du groupe de 5 fermiers congolais, conformément aux dispositions des articles 28 et 34 de la Constitution de la République démocratique du Congo, ainsi que des dispositions impératives des articles 65 – 193 – 194 – 195 et 204 de la loi dite foncière et des principes généraux de droit en matière d’acquisition d’un bien. Dans une première lettre, l’avocat conseil des fermiers congolais avait indiqué à Monsieur le Gouverneur l’inopportunité de déguerpir les fermiers congolais de leurs terres sans une décision judiciaire. Par contre, dans une seconde lettre, il avait prévenu M. le ministre de I’Intérieur qu’il y a risque d’exécution d’un ordre de déguerpissement manifestement illégal émanant de M. le gouverneur de la ville province de Kinshasa. Il avait réservé copie à toutes les autorités nationales concernées y compris Monsieur le Gouverneur de la ville de Kinshasa et M. le bourgmestre de Maluku. Au lieu de se laisser convaincre par la nécessité du respect de la loi rappelée par les lettres de protestation sus évoquées, M. le bourgmestre de Maluku a procédé, en date du 23/06/09, à l’exécution de la décision précitée : les commandants de la police de Maluku et de Menkao sont allés, avec des policiers et le tracteur de M. Wang Kewen, détruire toutes les maisons (13) dans les 6 villages des fermiers congolais ainsi que des arbres fruitiers en âge de production. La destruction méchante de tous les arbres fruitiers en âge de production a été poursuivie impunément en plusieurs phases jusque en ce mois d’août 2009. Les dégâts matériels sont très importants et les habitants de ces fermes sont, à l’heure où nous vous écrivons la présente note, dans une situation de désolation et d’insécurité totales : femmes, enfants, bébés et malades, passent la nuit dehors, sous le grand froid de la saison sèche et à la merci des moustiques et des serpents. Par ailleurs, les policiers ont promis aussi de revenir pour les chasser physiquement, pour aller on ne sait où ! Quel malheureux et triste sort, alors qu’on est dans ses droits. Que deviendront les 5 fermiers congolais, leurs familles, et leurs travailleurs, si M. Wang Kewen réussissait, avec le concours de certains Congolais, à confisquer illégalement leurs terres agricoles acquises et exploitées depuis longtemps ? Des malheureux chômeurs aigris ! Par la présente note, adressée du reste à toutes les autorités nationales, les fermiers congolais expriment de nouveau leur énergique protestation contre cet acte anti-patriotique posé par M. le gouverneur au mépris de la loi. Peut-on comprendre que M. le gouverneur est au-dessus de la loi, et cela, en cette période où il est proclamé haut et fort qu’en matière de justice, la tolérance est zéro ? M. Wang Kewen et ses complices sont entrain de narguer les fermiers congolais et la justice congolaise. Les fermiers congolais peuvent-ils aller en Chine, commettre ce genre d’infractions, et se voir soutenus et protégés dans leurs forfaits par les autorités nationales de la Chine ? Certainement NON ! C’est ainsi que, les fermiers congolais demandent, une fois de plus, au nom de l’équité et de la justice, auprès de toutes les autorités nationales concernées dans ce litige, plus particulièrement M. P.G.R., leurs Excellences MM. les ministres de la Justice et Affaires foncières ainsi que leurs Excellences MM. les présidents l’Assemblée nationale et provinciale de la ville province de Kinshasa de bien vouloir prendre des mesures correctives nécessaires pour pouvoir protéger la vie de ces citoyens congolais, même s’il s’agit des pauvres fermiers que nous sommes. Les fermiers congolais ont aussi droit à la vie, à la dignité humaine et à la protection de leurs droits et intérêt. Les fermiers congolais s’adressent particulièrement à Son Excellence M. le ministre des Affaires foncières, en sa qualité de l’autorité des Affaires foncières, lui qui lutte actuellement pour l’amélioration de l’image de son ministère, pour solliciter le bénéfice de l’urgence afin d’obtenir la définition et la notification écrite de la position officielle objective et juste du ministère des Affaires foncières sur ce dossier, et mettre ainsi fin à ce litige qui a trop duré, et qui porte de nombreux préjudices injustes aux fermiers congolais qui se trouvent privés de la pleine jouissance de leurs terres agricoles depuis 2008 à ce jour. Son Excellence M. le P.G.R., en sa qualité de Haute Autorité Judiciaire, fera droit au respect de la loi et à la distribution de la justice juste même si des pauvres et petits citoyens sont concernés dans ce conflit. Son office qui a déjà été saisi de notre plainte contre M. le gouverneur de la ville province de Kinshasa, est mis à l’épreuve sur l’examen objectif de cette affaire qui appelle des sanctions exemplaires pour les auteurs des actes arbitraires dénoncés et dont nous sommes victimes. En définitive, M. Wang Kewen est invité à libérer les terres des fermiers congolais, d’entrer en contact avec le chef Coutumier du groupement Kingankati qui est d’ailleurs disposé à lui céder d’autres terres réellement libres et plus vastes et, enfin, de changer son site d’exploitation agricole et de chercher à récupérer ses fonds gaspillés auprès de ceux qui ‘ont trompé. QUE JUSTICE SOIT FAITE AUSSI POUR LES PETITS ET PAUVRES PEUPLES QUE NOUS SOMMES. Le groupe des fermiers Congolais victimes de la spoliation de terre et de la destruction méchante Mme Marie MM. Kivuila Makengo Mbara Mpongo Kinshasa, 7/09/2009 (L’Observateur, via mediacongo.net)